Version imprimable du sujet
Cliquez ici pour voir ce sujet dans son format original
FORUM DU DELTAPLANE > Tout le deltaplane > delta le plus rapide qui existe


Ecrit par: filchartier 13 February 2018 à 09:29
bonjour je vouqrai avoir des information sur les deltaplane qui depace les 100 km/h sans se desintegre

Ecrit par: Malabar 13 February 2018 à 10:10
Tous les rigides et les nouvelles ailes sans mat le font sans problème, et vont même au delà.

Ecrit par: CVRN 13 February 2018 à 10:21
Vx max atteinte avec mon VR 120 km/h (mais il en restait encore dessous le pied)... coolio.gif

amt
patrick
CVRN

Ecrit par: ATOSVRT44 13 February 2018 à 18:02
Pour illustrer le débat, je vous propose une dernière transition avant de poser sur la base de Mouchamps.

Une pointe de vitesse à 104km/h (GPS) en ATOS VR, en lisse avec un léger vent de face entre 5 et 10km/h à 500m/sol.

C'est encore un peu turbulent.


Avec en prime la trace:


Vent léger arrière au sol, ça allonge sur la piste, merci les roulettes.


Ecrit par: Satanas 17 February 2018 à 08:43
J’ai découvert le « flutter » avec mon atos vrt lors d’une prise de vitesse excessive entre 135 et 140 km/h au badin. L’aile s’est mise à vibrer et à battre des ailes avec un grondement sourd extrêmement impressionnant. J’ai effectué une grosse ressource et le pénomène s’est immédiatement arrêté.
Ça calme......je n’ai jamais essayé de reproduire huh.gif
Pour répondre à la première question, j,ai vraiment eu l’impression que si j’insistais l’aile allait se démonter.....

Ecrit par: ATOSVRT44 17 February 2018 à 10:09
Satanas, tu es un peu démoniaque!

Le constructeur préconise de ne pas dépasser les 90km/h pour les VQ et VR.

Le VRS est limité à 100km/h parce que l'aile est plus petite.



Pour aller au delà de 100km/h c'est à ses risques et péril. En atmosphère turbulente, le "flutter" arrive assez vite. Même en bord de mer, une vitesse exécutive peut entrainer une oscillation de l'aile.

Exemple à St Pabu à 6mn10s.



Et avec la trace à 15h12mn40s une pointe à 114km/h au GPS.




Ecrit par: biz2buz 18 February 2018 à 16:06
Salut.
Dès l'acquisition de mon Atos c ( d'occasion), j'avais un doute sur l'efficacité de la liaison empennage-quille: un seul écrou pour fixer par compression une surface soumise aux turbulences et aussi aux chocs des atterros . Avec l'âge, les tétons s'usent un peu et les trous s'ovalisent ( d'ailleurs 2 sur 4 des tétons avaient déjà été remplacés: le collage sur le carbone étant très visible alors qu' au départ, ils font partie intégrale de la pièce carbone ).

Mes doutes ont été renforcés quand un pilote de Bar sur Loup m'a révélé avoir perdu la totalité de l'empennage au dessus du Pic de Chamatte....( Il a heureusement récupéré les 2 morceaux le soir même au prix d'une bonne rando)

Pour moi, lors d'un vol, peu après le déco, sans turbulences notables, le flutage a commencé à une vitesse de 60 km/h environ. J'ai ralenti aussitôt et les vibrations se sont arrêtées mais pour reprendre peu après : très impressionnant; on a l'impression de piloter un marteau piqueur et , cela m'étant arrivé en aéromodélisme, je savais que la destruction de l'empennage arriverait tôt ou tard. En outre, l'aile voulait voler vite avec un flutage encore plus fort . En mettant un peu plus de volet, ça s'est calmé. Donc direction l'atterro avec pas mal de stress en traversant les thermiques et dégueulantes. Mais le vol s'est bien terminé.

Remédiation dès le lendemain: remasticage époxy des tétons et des trous dans lesquels ils s'emboitent + collage par ruban adhésif costaud à l'avant et l'arrière de la pièce carbone (sur la quille) qui du coup ne se démonte plus mais n'a plus le moindre jeu.
Pour l'instant plus de flutage et j'ai un peu plus confiance.....mais je porte beaucoup d'attention au montage de l'empennage.
Bons vols.