Delta Club 82 école de deltaplane près de Toulouse Montauban
Apprendre à voler en deltaplane - Trouver une école de deltaplane
Baptême de l'air en deltaplane près de Toulouse Montauban
Météo vol libre
Bibliotheque du Deltaplane
Photos de deltaplane
Vidéo deltaplane
Sites de vol libre
Occasion vol libre : deltaplane, parapente...
Les ailes et les fabricants de deltaplane
Forum du deltaplane


Le Delta CLub 82 est aussi sur Facebook
Ecole de deltaplane dans la région de Toulouse - MontaubanAgendaDivers deltaplane et vol libreDelta Club 82 Ecole de deltaplane

>>> Forum du deltaplane

Pages : (3) 1 [2] 3  ( Aller vers premier message non lu ) Répondre à ce sujet
Ailes "Acro" avec mat....
nico de suisse
Ecrit le : 28 février 2012 à 01:25
Citer


Messages : 585
Inscrit le : 14 février 2007



J'entends bien, Sinthomez, et pardonne-moi pour le ton de ma première phrase. Je ne voulais pas t'agresser ou médire ton avis. J'aurai simplement dû écrire tout mon texte sans la première ligne...

Les sans-mât, surtout les récents, sont évidemment très solides. Le T2C, lors d'un test de charge, aile montée sur remorque avec le nez en l'air, la voile perpendiculaire au vent relatif, a même fait péter le système d'arrimage tellement elle était résistante, sans que l'aile ne se brise ou les câbles latéraux, ai-je ouï dire... En ce qui concerne les G négatifs, je ne pense pas qu'en règle générale les sans mâts puissent rivaliser avec la résistance des câbles supérieur d'un mât.

En dehors de cela, le vol ne consiste pas qu'au moment où l'on est en l'air, mais également à celui où l'on décolle, approche ou pose. Je reste persuadé qu'Alex, ou tout autre personne au même niveau d'expérience qui se fait plaisir, assure et "envoie du gros pour le matos qu'il a" (je me réfère aux vidéos qu'il a postées sur youtube), a de fortes chances d'être très étonné des comportements qu'une aile plus "pointue" peut avoir au moment d'une prise de vitesse, par rapport à une aile de début. Idem en ce qui concerne l'atterrissage, qu'Alex maîtrise avec son aile dans des espaces réduits.

Je me souviens des tous premiers atterros avec mon intermédiaire. Je suis parti plus d'une fois en "roulis hollandais", par manque d'étarquage et surtout d'expérience (surpilotage). Avec un sans-mât, ce phénomène est encore plus fréquent chez les pilotes inexpérimentés, alors que les pros se sentent toujours "comme sur des rails" (pour info, je ne suis de loin pas encore comme eux et me considère comme un débutant). Maîtriser le vol rectiligne avec une bête de course à plus de 100 km/h ne relève pas de la facilité et s'acquiert avec de l'expérience. Il m'est arrivé que mon T2 veuille retirer un deuxième ou 3e wing alors que cela n'était pas désiré de ma part wacko.gif

En ce qui concerne les G négatifs, il n'est pas question de se retrouver dans cette position et c'est pour cela que je recommande à Alex de progresser sans brûler les étapes, en faisant, comme on me l'a souvent conseillé, des wings de plus en plus engagés, avec une aile saine et des câbles de rappel, afin d'éviter de se mettre dans une position qui pourrait s'avérer très inconfortable pour la santé du pilote.

Evidemment qu'il est possible de passer d'une aile facile à une aile bcp plus exigeante par conditions optimales, ce qui ne veut pas dire que c'est une bonne option. Le problème c'est que ces conditions ne sont réunies que lorsqu'on achète, teste l'aile ou qu'on fait ses premiers vols avec, pour les plus prudents. Comme peu de gens peuvent se permettre d'avoir deux ailes, forcément qu'arrive vite un jour ou le déco est plus difficile, l'approche plus complexe et le terrain plus petit. Très vite, selon les dires de mon prof de deltaplane, beaucoup de pilotes ayant acquis une aile trop perfo commencent à avoir peur de voler ou d'atterrir et diminuent leur nombre de sorties annuelles.

Je n'ai jamais volé l'aile que tu lui recommandes, donc je ne peux pas en parler. Chaque personne est différente et il n'y a pas de règles. Je fais partie de ceux qui ont changé d'aile vraiment tôt et me suis fait prendre pour un gros taré sur les forums anglophones, donc mes conseils sont boiteux (faites ce que je dis mais pas ce que je fais;). J'ai flirté (et flirte encore parfois) avec le sentiment que mon prof m'a décrit. Je ne fais ici qu'une synthèse de ma maigre expérience et de tous les conseils que j'ai pu recevoir. J'adore mon aile mais reste persuadé qu'au niveau de l'acro elle a été un frein dans mon évolution. J'ai d'ailleurs mis de côté cette discipline pour un temps et attends de la maîtriser parfaitement pour éviter de refaire des bêtises.

Fly safe tongue.gif

PS: pour l'acro Alex, encore quelques recommandations qu'on m'a données:
- aile entiérement révisée
- acro à faire par temps neutre, pas de thermiques!
- meilleur au-dessus de feuillus
- parachute replié récemment (4 secondes d'ouverture en moins peuvent sauver)
- distance du sol mini 250 mètres et encore... plus c'est haut, plus c'est safe!
- pouvoir ouvrir son parachute des deux mains, c'est mieux
- 2e parachute par superflu
- choisir entre vol session acro et vol distance... tirer des figures au retour d'un vol de 3 heures n'est pas le bon plan
- contrôler avant chaque vol encore plus son aile (cosses, câbles latéraux, etc)
- aile plutôt centrée "avant" pour plus d'aisance dans les piqués
- Jusqu'à preuve du contraire, on n'a qu'une vie... économiser sur son matos, c'est pas le meilleur des plans
- s'entourer de personnes compétentes dans le domaine
- et... avoir une grosse paire de c... laugh.gif

Pour conclure mon 2e chapitre sur le sujet tongue.gif , Alex, puisque tu sembles déjà emballé par le topless, je me permets de souligner un extrait du post de Sinthomez: "Quand a passer du médil au topless directement , je ne le conseille pas".

Et je finirai par une question qui brûle terriblement mes lèvres: ceux qui ont volé avec toi récemment et qui t'ont conseillé cette aile pratiquent-ils l'acro et sont-ils au courant de ce que tu comptes en faire?...
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Invité : sinthomez
Ecrit le : 28 février 2012 à 13:03
Citer







c'est qui les deux potes de Dijon ?
D'ancien parapentistes ?
Je connais bien Dijon , j'ai été president et secretaire du club des ailes de Bourgogne
Si tu as 70 vols en medil , tu peux passer sur topless directement mais attention !
Comme je l'ai dit auparavent, certaines précautions sont à prendre : décollage bien dégagé, grand attéro qui pardonnera une mauvaise approche, conditions météo calmes .
Le Sapenay par exemple est un excellent site pour l'apprentissage.
Je te conseille aussi de faire tes premiers vols avec radio , assisté d'un pilote expérimenté .
Ce n'ai pas tout à fait comparable ,j'ai fais voler un ami ,qui n'avait qu'une quinzaine de vols en fuji, sur un top secret. Nous sommes allés à Annecy pour un premier vol . Pour le deuxieme, il a décollé du tremplin nord de Saint hil.
A+
Daniel
Haut de page
Haut de page
Invité : sinthomez
Ecrit le : 28 février 2012 à 23:24
Citer







Bonsoir Nico,
en G négatif , un sans mat est plus costaud qu'une aile classique!
Explications :
Pour l'aile classique : les cables superieurs n'ont pas un allongement infini. Ainsi ce type d'aile garde une prise au vent maximum quand elle passe sur le dos. Et lorsque que les cables cassent , c'est foutu.
Pour le sans mat: je dirai que le carbone , c'est comme le rozeau, il pli et ne rompt pas . C'est à dire que lorsqu 'il a plié , il a moin de prise au vent. Et bien pour le sans mat , c'est pareil . Plus la transversale pli et moins l'aile offre de résistance au vent .
C'est ce qui avait été constaté lors des essai au banc sur camion , aile avec le nez vers le bas et extrados vers l'avant. Ils n'ont pas réussi à casser le topless. Puissance du camion insuffisante

A+
Haut de page
Haut de page
pierro
Ecrit le : 29 février 2012 à 16:25
Citer


Messages : 521
Inscrit le : 12 avril 2009



Je pense qu'il faut recentrer la discussion sur le sujet de départ, à saoir quelle aile est adapté pour qu'alex continue sa progression en accro.


il est cair que pour pouvoir passer des figure "radicale", une aile sans mat de type topless ou plus récent seras plus adapté, mais cela au prix d'un long apprentissage de maitrise de l'aile, au risque de se faire peur et de, comme le dit justement le prof de nico( avec qui j'ai aussi appris quelque trucs), finir par voler moins parce que, peur de décoller, peur d'attérir, ou peur de paser sur le toit en condition turbulente.

Il est clair aussi qu'après 70 vols sous médil, aucun pilote ne peut prendre en main un sans mats rapidement, et encore moin faire de l'accro rapidement. c'est un peu comme si on passait du tricycle autour de la maison, pour le lendemain prendre le départ du tour de france. Même un pilote très doué et très très motivé (c'est le cas d'alex) risque de freiner sa progression en prenant une aile trop difficile après trop peu de vol.

Donc à mon avis, et c'est ce que j'ai fais personnelement, le passage sous une double surface perfo à mat est obligatoire pour continuer correctement sa progression en accro.

Alex, je t'assure, tu te feras déjà très plaisir sous une bonne double surface à mats, que tu peut aussi trouver certainement pour pas très cher. Et tu seras aussi surpris du gain de performance et de restitution de l'énergie par rapport à ton médil. Faire des wing over te feras déjà de bonne grosse décharge d'adrénaline et il te faudra du temps pour maitriser parfaitement tout cela ! mais le plus important est que tu continueras à te faire plaisir, sans te faire (trop) peur. Alors que sous une topless (ou autre sans mats) l'écart de performance sera très impressionnant et tu risque plus de te faire peur.

L'accro n'est pas du tout le même discipline que le vol de distance, et la maitrise de son aile est beaucoup plus importante pour faire un looping en toute sécurité que pour faire 50 bornes !

enfin bref, je ne comptais pas écrire beaucoup, mais ça fais déjà pas mal...

Fly safe !

PS, pour infos, j'ai fais 60 vols sous simple surface, avant de passer à divers XS, sous lesquels j'ai fais aussi environ 60 vols, pour ensuite passer sous topless. Et je me suis fais vachement peur lors de mes premiers vole en topless, pour finir par passer un loop avec laugh.gif loop qui était limite ! depuis, je vole en combat et je commence seulement de bien maitriser toute cette énergie, après plus de 250 vols en tout.
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Invité : sinthomez
Ecrit le : 29 février 2012 à 21:59
Citer







Pour ma part , je suis passé du racer La mouette au topless 2 . Et bien ,à part un retour au neutre moins marqué en tangage , je n'ai pas trouvé une grande différence et aucune difficulté particuliaire en terme de pilotage .Si Je trouvais que le topless était plus physique.
En ce qui concerne les sans mat d'aujourd'hui , je ne peux pas en parler , je suis en rigide depuis plus de dix ans . La derniere fois que j'ai volé avec un sans mat , c'était il y a quatre ans avec un f1 sans mat (transversale alu )que denis Poidevin m'avait gentiment donné.

les sans mats modernes sont ils plus délicats à piloter que les premiers sans mat d'il y a quinze ans ?

A+
Daniel
Haut de page
Haut de page
pierro
Ecrit le : 29 février 2012 à 22:48
Citer


Messages : 521
Inscrit le : 12 avril 2009



Donc tu es passé, comme je le préconise, d'un double surface à un sans mat, pas de saut simple surface - sans-mat.

pour les sans-mat d'aujourd'hui, ils sont clairement plus maniable qu'une topless 3 (celle que j'avais), mais rendent aussi clairement plus d'énergie après une forte prise de vitesse, d'ou plus de difficulté à gérer cela, surtout en venant d'un simple surface.
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
nico de suisse
Ecrit le : 29 février 2012 à 23:08
Citer


Messages : 585
Inscrit le : 14 février 2007



"Six années durant Siddhartha et ses disciples vécurent dans le silence sans jamais quitter la forêt. Pour toute boisson, ils avaient la pluie, pour toute nourriture, les grains de riz sauvage, une écuelle de boue ou les fientes des oiseaux de passage. Pour maitriser la souffrance, ils fortifiaient leurs esprits pour oublier le corps. Puis un jour Siddhartha entendit un vieux maître de musique qui passait en bateau sur le fleuve dire à son élève : « Si tu tends trop la corde elle casse. Si tu ne l’a tends pas assez elle ne sonne pas. »"

wink.gif

Alex, je te recommande la voi(l)e du milieu... (cependant pas besoin de manger des fientes d'oiseaux pour économiser sur ta prochaine aile laugh.gif )
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
planplan
Ecrit le : 01 mars 2012 à 04:39
Citer







Encourager les débutants à brûler les étapes surtout au niveau du choix d'aile, ce n'est pas rendre service, ni à l'activité , ni au pilote.
Avant de passer au sans mât, il y à de la marge. pourquoi pas déja une double surface intermédiaire genre Fuji ou autres Sport2, Space , Sting3.
Et pourquoi aussi encourager un pilote débutant volant sous médil à faire des loopings avec un topless.
A l'époque, d'après ce que j'avais lu dans le magazine vol libre, les ailes homologuées au USA supportaient 9 G en positif et 6 G en négatif. Elles pesaient souvent près de 38 kg.
En allemagne, le DHV , c'était 6 G en positif et 3 en négatif. Si c'est toujours le cas une aile US actuelle est certainement bien aussi robuste qu'un topless, en tous les cas aussi suffisante pour faire des wings.
Si tu veux faire de l'accro, questions renforts de l'aile ça vaudrait la peine de demander un avis aux constructeurs encore existants; Ellipse ou Tecma, Ulteam.
je pense perso qu'il faudra déja changer les cables latéraux, renforcer tes transversales, la quille et les montants.



Haut de page
Haut de page
pierro
Ecrit le : 01 mars 2012 à 11:49
Citer


Messages : 521
Inscrit le : 12 avril 2009



planplan, peut être que l'on s'est mal exprimé, mais on encourage en aucun cas ales de faire des looping en topless, bien au contraire !! je suis tout a fais d'accord avec toi pour dire qu'il est INDISPENSABLE de passer sous double surface a mat avant le sans-mat, et spécialement pour faire de l'accro !
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
Raymond Caux
Ecrit le : 01 mars 2012 à 12:44
Citer







...
Haut de page
Haut de page
Alex "M16" Buatois
Ecrit le : 02 mars 2012 à 00:21
Citer


Messages : 299
Inscrit le : 01 mars 2011



merci pour toutes ces infos elles m'ont biensur aidé a me decider....et a ne pas passer direct sur topless, comme dit nico je n'ai pas envie de ralentir ma progression qui jusqu'a present se passe plutot bien, et il est clair que je n'irai pas envoyer des loops direct avec un topless , je verrais plus tard,

je vais aller emprunter le Jean de synairgie de mon copain renaud j'aimerai voir deja la difference, apparement c'est une aile double surface qui a bonne reputation et qui a l'air sympa et biensur plus performante qu'un medil,

certains connaissent cette aile ??
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
CVRN
Ecrit le : 02 mars 2012 à 11:48
Citer


Messages : 96
Inscrit le : 27 février 2012



Bonjour Alex,

Le Jean's est une très bonne aile de sortie d'école. Très maniable, légère, décolle et pose bien.

Bon l'absence d'over drive, le fait plus ressembler à un Mambo au niveau du comportement et des perfos qu'à une XS par exemple.

Pas de souci sur une aile qui a quand même une 20 aine d'année. Fais une bonne révision avant de t'envoyer en l'air avec (notamment les câbles latéraux).

Bons vols de début de saison.

amicalement

Patrick
CVRN
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
rvoog
Ecrit le : 05 mai 2012 à 20:48
Citer


Messages : 15
Inscrit le : 19 avril 2009



Puisqu'on cite le Mambo: j'en ai un et je me demande quelle en sont les limites. Etant à peu pres aussi pietre pilote que motivé pour - un jour - passer un loop, je me demande jusqu'a ou je peux/dois aller avec mon Mambo avant de m'orienter vers un modele plus... acrobatique.... D'ou ma seconde question: quel modele apres un Mambo?.
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
josephine
Ecrit le : 20 octobre 2012 à 15:18
Citer


Messages : 2
Inscrit le : 20 octobre 2012



Citation (FrançoisF @ 27 February 2012 à 12:42)
Objection votre honneur !
D'abord rendre toujours à César surtout quand c'est Bayard.
Au mois de mai 1972 Rudy Kishasy tente son premier looping et termine à l'hôpital.
Le Suisse Bayard réalise 3 loopings à Klosters avec vol passage dos voile et profil inversé en décembre 1975.
Rudy Kishasy a réalisé son premier looping en janvier 1976 !

Bonjour,

c'est dommage qu'une personne qui fait du delta (comme vous apparemment) ne sache pas faire la différence entre un tumbling et un looping... et du coup, se permette d'écrire des informations fausses et de mettre en doute la parole de mon père (Rudy Kishazy) qui sait quand même ce qu'il a fait lui même...

Le monde entier a reconnu que c'est Rudy Kishazy qui a été le premier à réaliser un looping et non un tumbling.

Pour un looping : la voile reste gonflée dans le même sens pendant tout le looping. Voir la vidéo du looping de Rudy Kishazy + haut dans le post ou sur youtube : on voit que la voile ne s'inverse pas. Et Le premier looping revient à Rudy Kishazy en novembre 1975.

Pour un tumbling, la voile s'inverse (se gonfle à l'envers = profil inversé comme vous dites) comme on peut le voir sur la photo de M. Bayard pendant l'action, donc il s'agit bien d'un tumbling.
A noter tout de même que réaliser un tumbling est aussi un exploit qui revient à M. Bayart.
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
FrançoisF
Ecrit le : 20 octobre 2012 à 16:22
Citer


Messages : 1280
Inscrit le : 22 mars 2009



Citation (josephine @ 20 October 2012 à 16:18)




Pour un tumbling, la voile s'inverse (se gonfle à l'envers = profil inversé comme vous dites) comme on peut le voir sur la photo de M. Bayard pendant l'action, donc il s'agit bien d'un tumbling.
A noter tout de même que réaliser un tumbling est aussi un exploit qui revient à M. Bayart.

Bonjour Joséphine,
Je ne veux surtout pas me lancer dans une histoire de révisionniste. Il suffit de reprendre les articles de l'époque de: Dragonflyg Mag, Hanggliding Mag vol libre magasine et autres.
A cette époque là je volais déjà en delta. J'ai volé avec votre père lors de sa démonstration de looping à Luchon et également à Chamonix.
Je lui tire mon chapeau pour avoir osé et de plus avec les ailes de l'époque, même si son aile était spécialement préparé par Bill Moyes.
Quand à la différence entre un looping et un tumbling vole inversé ou pas, là il y a problème:
Je n'ai jamais passé de looping pourtant parfois très décidé à le tenter dans les années 77/78 avec mon fledge2 mais jamais parfaitement passage dos. Donc le looping connait pas. Par contre le tumbling je connais pour l'avoir parfaitement passé et là je peut en parler, pouvant vous assurer que le sens n'est pas le même, les conséquences ne sont pas les mêmes non plus.
Donc pour faire court:
Pour un looping comme papa le nez de l'aile part vers le haut, voile inversé ou pas.
Pour un tumbling le nez de l'aile part vers le bas, voile inversé à tout les coups et le pilote, aussi à tout les coup, percute la quille.
Bien amicalement
FrançoisF
Haut de page
Message privéEnvoyer un email
Haut de page
0 utilisateur(s) sur ce sujet (0 invités et 0 utilisateurs anonymes)
0 membres :
Options du sujetPages : (3) 1 [2] 3  Répondre à ce sujet